On se fixe tous des objectifs…

Et je m’en étais fixé 3 pour cette année ! Faire la suite d’Alpine Feels avec Jérome, emmener mon fils en haute montagne, et un troisième que je ne vais pas dévoiler pour le moment 🙂

Mais revenons en à nos moutons ! Je pars régulièrement en montagne parce que j’aime cette sensation de liberté, de retour aux sources. C’est une chose qui dépasse mon fils, et vu son age, c’est complètement normal. En revanche, à chacun de mes retours, je subis un véritable interrogatoire !

« Comment c’était ? tu as dormi où ? tu as mangé quoi ? c’est très loin ? … bref… ce n’est pas spécialement compliqué d’y répondre, mais c’est quasiment impossible pour lui, de se projeter !

Alors quoi de mieux qu’une entrée en matière !

Pour être honnête, je savais que je voulais l’emmener avec moi, mais je n’avais aucune idée du lieu. En fait si, j’en avais plein, mais ma plus grande peur était de surestimer ses capacités. Même si nous le prenons toujours avec nous, que l’on marche beaucoup ensemble, et qu’il impressionne par son endurance, cela reste un enfant de 4ans.

Du coup j’ai regardé partout, les différents parcours, les dénivelés etc… jusqu’à ce que je tombe complètement sous le charme de cette photo sur Instagram. Je fonce illico presto me renseigner sur le lieu, et, en voyant les stats, j’étais sûr de la faisabilité de la rando, (même si elle est loin d’être évidente) et de notre point de chute pour la nuit !

C’était donc plié, et ce sera le lac de Peyre, près du Grand Bornand !

Une fois arrivés sur place, Ennio est remonté comme une pendule, ni une, ni deux, nous mettons nos sacs, laçons nos chaussures de rando, et nous voilà partis explorer ce très beau terrain de jeux…

Le versant sud est une pente relativement forte, mais qu’importe, nous y allons de bon coeur, le 1er kilomètre est peu pentu… contrairement au reste.

Ennio a 4 ans et a gravi sa premiere montagne pour dormir à 2200m

La seule et unique ferme du chemin passée,

ça se raidit fortement, mais c’est aussi là que la magie opère. Ennio rencontre pour la première fois de sa vie… un bouquetin ! hahaha un grand moment ! Si pour nous, ces animaux sont mignons et inoffensifs, imaginez un peu ce que pense un petit garçon pour la premiere fois, en voyant ces cornes de 70cm perchés sur leurs têtes !

Nous en avons rencontrés beaucoup sur notre route, au moins une vingtaine !

Après avoir crapahuté pendant 2 bonnes heures, (Ennio a tout gravi sans aide! ) ,pris des photos et observé les habitants à cornes, nous sommes arrivés sur le lieu du bivouac.

C’est juste magnifique, une vue sans pareil sur les Aravis et , plus loin, on voit même (très bien) le Mont Blanc. L’endroit idéal pour planter la tente et passer notre première nuit là-haut 🙂

Une nuit qui sera top, sans nuage, et par chance, nous sommes aussi le soir de la nouvelle lune. Qu’est -ce – que cela veut dire ? simplement qu’il n’y en a pas, donc qu’il n’y a aucune pollution lumineuse pouvant nous cacher les étoiles !

Nous avons pris notre temps pour regarder les étoiles filantes, la voie lactée et toute cette voûte celeste qui s’exhibait devant nous . Et le spectacle a été grandiose !

La nuit n’a pas été trop fraiche, et le réveil s’est fait comme d’habitude en montagne, en douceur, au rythme du lever du soleil.

Nous avons encore flané un moment en haut, profité de la solitude des lieux, avant que les randonneurs arrivent sur place. Ensuite nous sommes redescendus tranquillement en prenant bien soin de ne rien laisser derrière nous.

Seulement la sympathie des randonneurs croisés sur le retour, qui la plupart était fasciné qu’un petit gars haut comme trois pommes, gravisse et dorme en haut de cette montagne !

Une expérience qui m’a complètement dépassé sur le plan émotionnel, et sur la vision que j’avais de mon fils !

A refaire sans hésitations 🙂


On a parlé de nous

Quelques semaines après , une personne de l’office du tourisme du Grand-Bornand (Julie 🙂 ) m’a contacté pour parler un peu de cette aventure. Un petit article a été publié sur le site de la ville ici